Champs d’expression : Appropriation artistique de l’espace dans une petite communauté

Denis Lanteigne travaille avec des matériaux insolites et parfois recyclés. L’univers artistique qui l’inspire tire son origine des années 60-70 : celles des plasticiens. Les formes et les couleurs sont vives et dynamiques. Dans son oeuvre, il y a une constance : le mouvement. Qu’il travaille avec le bois, le fil de cuivre ou le carton ondulé, il y a du mouvement de l’expression dynamique. Artiste empreint de métaphore, il raconte le monde actuel autant que celui des esprits (auquel il croit peu) et parfois compose des bestiaires imaginaires pour illustrer son propos. Artiste non orthodoxe, son oeuvre surprend et intrigue le spectateur.

Après quelques années à Caraquet dans le domaine de la publicité et des projets artistiques, Denis Lanteigne s‘installe à Montréal. Pendant une vingtaine d’années, il travaille dans le domaine de la chapellerie, en collaboration avec sa conjointe qui a fondé une entreprise de fabrication de chapeaux et d’accessoires de mode fonctionnant toujours sur un mode artisanal. Styles, teintes et tissus le conduisent à fabriquer des objets tridimensionnels et il poursuis sa démarche vers des objets d’art.


Champs d’expression : Appropriation artistique de l’espace dans une petite communauté

Denis Lanteigne est directeur de la Galerie d’Art Bernard-Jean. Il a dirigé le Symposium d’art actuel de Caraquet en 2009. Ces deux derniers été, il a proposé sur un terrain vide au cœur de Caraquet deux installations qui transformait l’espace. Il a tenté d’établir une discussion sur les espaces publics et leur importance.

Il tente de développer des pratiques de diffusion d’art actuel à Caraquet, dans un milieu qui n’en a pas l’habitude. Il tente en même temps d’ouvrir un débat sur le développement urbain de sa ville.