Sonja Hébert

Sonja Hébert

Sonja Hébert, originaire du Nouveau-Brunswick, réside à Vancouver où elle se consacre au dessin et à l’installation. On retrouve dans son œuvre une référence au cycle naturel de la vie sous le thème du décès, de la transmutation et du déracinement dans ses diverses guises. Elle s’inspire surtout des sciences naturelles, de dépouilles, de la mythologie, de la danse, et de rêves.

Sonja travaille le dessin surtout en série et crée à partir de fusain, de mine, de crayon à l’huile et inclut le collage. Son œuvre 3-dimensionnelle est souvent in situ faisant partie de projet de résidence et conçu à partir de matériaux naturels et en forme organique.

Diplômée d’Emily Carr Institute of Art & Design, Sonja a participé à des résidences d’artiste en Europe et au Canada.

Méandre

Pendant son séjour au Parc écologique du Millénaire, Hébert natte des tresses vivantes à grand format sur le terrain à partir de graminées sauvages qui poussent dans le parc. Ces tresses sont créées sans arracher la graminée. L’herbe demeure enracinée dans le terrain bien qu’elle soit remaniée et entrelacée, lui permettant ainsi de continuer son cycle naturel.

Hébert est convaincue que la survie humaine de ce millénaire dépend de la volonté d’intimement connaitre le terroir de notre environnement. L’action de natter l’herbe est une façon pour elle d’entamer un premier rapport physique avec ce terroir. Il s’agit également d’une réflexion sur le rôle primordial que jouent les graminées dans l’écologie et l’impact qu’elles ont eu sur la civilisation humaine.