Gilles Bruni

Gilles Bruni

Après avoir fait des études agricoles au milieu des années 70, Gilles Bruni a repris des études à l’université de Rennes 2 où il obtint un doctorat d’Arts Plastiques en 1997. Parallèlement, il a initié un champ d’expérimentation commun avec Marc Babarit, à ciel ouvert, sous l’appellation d’« installation paysagère » en France, puis à l’étranger (Allemagne, USA, Canada, Danemark, Italie, Autriche, Venezuela), principalement lors de résidences ou de commandes.

Outre cette collaboration singulière, Gilles Bruni prolonge aujourd’hui ce travail contextuel en mêlant son questionnement du paysage à la dimension écologique du lieu au sens large, c’est à dire intégrant les gens vivant là et leur histoire, incluant de nombreuses collaborations et partenariats.

Dans ses réalisations il cherche à intégrer de nouvelles approches (participatives, sonores, poétiques…) et ses travaux artistiques font l’objet de livres avec une forte dimension photographique. gillesbruni.net


Projet sans titre

La réalisation in situ de tout projet humain pose la question de son implantation, du cadre environnemental et du sens. La manière dont on habite le monde est une problématique qui traverse toute l’activité de Gilles Bruni. N’entend-on pas dire aujourd’hui que la crise écologique est aussi une crise des représentations ? Elle a besoin de récits et de supports qui nous la rendent accessible, audible, visible, et Gilles Bruni voit l’art comme un puissant moyen de donner du sens.

De là, se crée cette pratique d’installation « paysagère » qui ne peut pas être produite détachée de son contexte. Il s’agit de faire exister, voir et vivre des relations à l’environnement à travers des constructions, des dispositifs, des images qui signent un type de relation avec le lieu.